L'Association

Créée en 2007, notre association a pour objectif de dispenser des cours de danse modern'jazz à un large public et de lui apporter le loisir de s'exprimer par le corps, au travers de l'apprentissage de cette technique.

La pédagogie

La pédagogie

« Le diplôme d'état de danse, instauré par le ministère de la culture en 1992, a permis de valider les acquis nécessaires à l'enseignement mais il a également apporté diverses notions élémentaires, comme par exemple : la respiration, le mouvement abordé sans tension et surtout le respect du corps dans son individualité.

Après plusieurs années d'enseignement et surtout en analysant mon expérience d'élève (j'avais 5 ans lors de mon premier cours de danse), je pense qu'il est important qu'un élève se sente bien dans un cours, qu'il soit heureux de venir sans aucun stress. À charge du professeur d'accueillir l'élève en ce sens !

C'est fondamental ! Car la danse est bien sûr un travail, l'apprentissage d'une technique, une discipline... Mais c'est en premier lieu un vrai plaisir.
Danser, c'est avoir la possibilité d'exprimer, et on ne peut pas exprimer, donner le meilleur de soi-même et libérer son esprit s'il y a des tensions. C'est pour cela que j'attache une grande importance à la qualité de l'ambiance dans un cours. »

La musique

La musique

« Ma passion est la danse mais elle n'existerait pas sans la musique. Je suis avant tout mélomane : je dresse sans arrêt l'oreille vers tous les différents styles musicaux ; et découvrir de nouvelles musiques et chansons reste toujours une joie.

Selon l'âge des élèves, je ne choisis pas forcément les mêmes musiques, notamment pour les variations et les chorégraphies. La liste de toutes mes musiques est longue et comprend notamment : la musique du monde, le funk, le jazz, la soul, le rap, la musique brésilienne, la musique africaine, la chanson française, le R'n'b, le rock, la pop, et j'en passe !

En réalité, ce qui est intéressant dans la danse modern'jazz c'est que tous les styles musicaux sont abordables. Ainsi, pas de cloisonnement, ce serait dommage ! »


Isabelle Suray, D.E.